"Chaque jour, dans la conscience de ce jour, est le meilleur
enseignement qu'il soit donné"

"Apprenons la Vie en cultivant les jardins du monde"

Yanis Petros

dimanche 12 janvier 2014

Joie



     L'autre matin j'arpentais une rue, je dois préciser le moral un peu dans les chaussettes, quand mon regard fut attiré par des cartons manifestement déposés sur le seuil d'une porte.
     Une femme s'y arrêta perplexe, alors que je me tenais derrière elle en retrait, pour finalement reprendre sa direction.


              matin gris d'hiver -
              me penchant sur les cartons grand ouvert
              je repars avec deux livres

                                                      Yp


                     

25 commentaires:

  1. Un nom a suffit
    pour illuminer le ciel
    François Cheng

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En l'occurence il s'agissait d'un livre de Le Clézio, et l'autre, d'un collectif de femmes avec ce beau titre "L'autre côté de la mer"...

      Supprimer
  2. juste deux livres
    sans domicile fixe
    un matin d'hiver

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lyne pour ce très bel haïku complètement en Résonnance.

      :-)))

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Oui la Vie m'attendait généreusement là.

      :-)

      Supprimer
  4. Donner une seconde vie à deux livres c'est de se donner un second souffle à soi...

    Amitiés
    Constance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, je suis reparti léger avec deux univers sous le bras. Un livre de Le Clézio "Le procès-verbal" et l'autre un collectif de femmes Algériennes "L'autre côté de la mer".

      Belle soirée Constance

      Supprimer
  5. Bonne pie
    Hoche
    La tête

    Bonne lecture âmi ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet une bonne pioche qui m'a remis la tête à l'endroit. Que la Vie est bonne !

      :-))

      Supprimer
  6. Voilà deux livres qui vont retrouver une nouvelle
    vie. C'est le genre de découverte que j'adore.
    Ton moral a du reprendre de la hauteur .
    Bonne semaine Yanis. ELZA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a toujours des hauts et des bas, et ce jour là c'était le bas mais qui avec les livres est remonté très vite.

      Merci de ton passage chère Elza.

      Supprimer
  7. Deux livres, deux nouveaux univers et la grisaille s'enrosit

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureux de te revoir dans les parages. S'enrosit, J'aime !!!

      :-)

      Supprimer
  8. Savoir voir ne peut apporter que de doux bienfaits. Hommage a ce petit bout de cerveau qui veille pour notre bonheur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, il se passe tellement de choses subtiles autour de nous, les voir pour peu de ne pas avoir la tête dans le guidon.

      :-)

      Supprimer
  9. Même dans un carton
    les mots ne s'abandonnent pas
    lecture en partage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ainsi les mots s'envolent
      comme feuilles au vent...

      Supprimer
  10. Ne jamais jeter un livre, le mettre à la disposition d'un autre lecteur. J'approuve.
    Je n'ai pas encore eu l'occasion de te souhaiter une bonne année de réflexions et de petits mots poétiques. Merci à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans ma ville (Manosque, la ville de Giono) il y a dans les rues, des boîtes en forme de maison, où l'on peut soit déposer, soit emprunter des livres.

      Merci de ta visite Amartia.

      Supprimer
  11. Quelle bonne idée que laisser des livres à disposition...
    Bonne année Yanis Petros
    Mimik

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te renvoie au commentaire précédent, et te souhaite à mon tour, une très bonne année.
      Merci de ta visite.

      Supprimer
  12. Des livres voyageurs
    Dans un bateau de carton
    Voulaient explorer le monde

    Découvrir des nouvelles maisons
    Découvrir des nouvelles mains
    La tendresse d'un nouveau regard

    Je crois que ces deux là sont bien tombés

    Âmitié Pascal




    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne faut jamais jeter des livres, car ils contiennent en eux toute l'humanité.
      Merci Pascal pour ta belle sensibilité.

      :-)))

      Supprimer
  13. Matin gris d'hiver
    comme un livre ouvert
    je retiens mon souffle
    pour ne pas effrayer
    cette passagère.

    Grosses bises mon ami Jean Pierre

    RépondreSupprimer