"Chaque jour, dans la conscience de ce jour, est le meilleur
enseignement qu'il soit donné"

"Apprenons la Vie en cultivant les jardins du monde"

Yanis Petros

mardi 25 février 2014


Profondes pensées au courageux peuple Ukrainien et à l'une de ses belles représentantes, Maria Fedak.


                     sans emprise le temps
                  sur ce chant
                  nous parvenant de si loin






11 commentaires:

  1. je pense à mon amie Victoria Tryndiak

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. Je n'en attendais pas moins de toi,
      Merci Dzovinar pour le peuple Ukrainien.

      Supprimer
  3. courageux peuple! mes yeux éberlués devant les images de leur quotidien...et au fond, la certitude absolue de leur victoire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toute proportion gardée, en particulier les jeunes de notre mou pays feraient bien de se réveiller pour réclamer une autre société plus humaine...
      Bonne soirée Gwendoline

      Supprimer
  4. http://www.youtube.com/watch?v=vsTaZUHb1k4

    RépondreSupprimer
  5. J'espère que leur magnifique courage sera récompensé. Mais les dernières nouvelles sont inquiétantes.

    RépondreSupprimer
  6. Des pensés en effet... et quelques mots (et actes ?) pour une société plus humaine comme tu le soulignes...

    RépondreSupprimer
  7. Cela se passe surtout en coulisse... assez loin de ceux qui souffrent.

    RépondreSupprimer
  8. Juste te déposer un poème écrit en 1847 par un écrivain ukrainien

    Cela m'est vraiment bien égal
    De vivre en Ukraine ou ailleurs.
    Qu'on m'oublie ou qu'on se souvienne
    De moi dans ces neiges lointaines
    Combien cela peut m'être égal !

    J'ai dû grandir, esclave, à l'étranger
    Et sans être pleuré des miens
    Esclave en pleurant je mourrai
    En emportant tout avec moi,
    Ne laissant pas la moindre trace
    En ce glorieux pays d'Ukraine
    Le nôtre — et qui n'est plus à nous.

    Le père en parlant à son fils
    Ne dira pas : " Prions pour lui,
    Fils, car c'est pour l'Ukraine
    Qu'il fut torturé autrefois ".
    Cela m'est égal si plus tard
    Ce fils prie pour moi ou non,

    Mais ce qui ne m'est pas égal
    C'est de voir l'ennemi perfide
    Assoupir l'Ukraine et la réveiller
    Dépouillée, au milieu des flammes.
    Oh ! Voilа ce qui ne m'est pas égal !

    RépondreSupprimer