"Chaque jour, dans la conscience de ce jour, est le meilleur
enseignement qu'il soit donné"

"Apprenons la Vie en cultivant les jardins du monde"

Yanis Petros

vendredi 18 septembre 2015


Ici et là


              sans bouger
              une feuille sur la feuille
              le jeune papillon


                           )-(


              assis sur la terrasse
              seul avec mon ombre -
              soleil sur le dos


                           )-(


              endolorie
              ma main bandée au soleil -
              le ciel si bleu si bleu !


 Yp






                       

18 commentaires:

  1. Dans ta solitude
    Pas même un froissement d'ailes
    Le silence du jour
    La présence d'un papillon
    Opportune en cet instant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grand merci monique, mais que penses- tu de : chaud silence du jour ?
      :-)))

      Supprimer
    2. En fait j'aime bien respecter la cadence des syllabes et l'absence de qualificatifs mais il est vrai qu'il manque la notion de chaleur en cet après midi de fin d'été, tanka écrit trop vite,qui se voudrait être un tanka et qui n'en n'est pas un....c'est vrai que c'est difficile de donner une atmosphère par simple suggestion tout en gardant la forme spécifique du tanka, poème court qui se suffit à lui-même dans un instant donné. si j'avais à le modifier cela pourrait donner ceci

      Dans ta solitude
      Pas même un froissement d'ailes
      Silence du jour
      Un papillon s'est posé
      Dans la chaleur de l'instant

      Bon dimanche Yanis

      Supprimer
    3. Je pense aussi qu'écrire un haïku ou un tanka sur une situation non vécue par soi-même ne peut refléter ce que toi, tu as ressenti en ce moment précis et même si l'imagination ou le souvenir peut nous restituer l'aura d'un instant similaire, on ne peut en retranscrire toute la force parce que non vécu ou vécu différemment car aucun instant n'est semblable et la sensibilité de chacun est unique.

      Supprimer
    4. Tu as tout à fait raison, d'autant que mettre des mots (si peu de mots) sur une situation vécue qui peut être brève - comme le surgissement du petit papillon - est déjà en soi une tentative qui reste toujours un peu en dessous de la réalité, mais c'est le propre de l'écriture. De plus les deux haïku ont été vécu à des moments distincts, donc deux états intérieurs différents dans le temps.
      J'ai retravaillé le premier, cela arrive souvent, car trop piégé par l'émotionnel. Et j'ai rajouté le troisième vécu dans la même journée (crise d'arthrite à la main).
      Par contre, tout en respectant l'architecture globale du tanka ou du haïku, je pense qu'il est bon d'avoir une certaine souplesse dans la métrique pour gagner en sensibilité poétique. "Les formes sont faites pour que l'on s'en écarte. Et pour s'en écarter, il n'est point de recette toute faite" (Bashô).
      Merci encore pour ton échange, tout cela est passionnant, car on touche là à une véritable philosophie de l'attention aux choses simples du quotidien, héritée de l'influence zen et taoiste que nous occidentaux ne devont pas oublier.

      Belle soirée monique ! :-)))

      Supprimer
  2. "Jamais l'ombre d'aucun arbre
    ne fut plus douce
    plus précieuse
    plus agréable ..."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette musique si douce diffuse des ombres rassurantes.

      Supprimer
  3. Profite bien de ces derniers rayons, Yanis. Bon weekend.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tant que l'on peut emmagasiner la chaleur, c'est un plus pour l'hiver.

      Merci Danièle

      Supprimer
  4. Pas trop de dégâts à la main ?
    La joie de contempler encore les papillons et de capter les derniers rayons.
    Dans le dernier haïku, je serais tentée d'écrire "et le ciel bleu si bleu !"
    Bonne contemplation !

    RépondreSupprimer
  5. L'ombre est déjà une compagne de ta solitude, et, si le soleil ne veux bouger, il t'appartient de l'emmener avec toi et de la faire voyager, mon cher Yanis.
    Amitiés.

    Roger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, comme tu as raison, j'aime ta proposition !

      Bien à toi cher Roger !

      Supprimer
  6. Tes haïkus sont très beaux.
    Bonne semaine Yanis

    RépondreSupprimer
  7. Un éloge de l'immobilité mais le bleu pique et le soleil aussi.

    RépondreSupprimer
  8. Papillon léger
    seul sans son ombre
    dans le ciel si bleu

    RépondreSupprimer
  9. Face au soleil
    Une vie
    En renaissance

    En ce début d'automne, merci cher Yanis d'offrir le réconfort de tes mots,
    Amicales pensées


    RépondreSupprimer