"Chaque jour, dans la conscience de ce jour, est le meilleur
enseignement qu'il soit donné"

"Apprenons la Vie en cultivant les jardins du monde"

Yanis Petros

lundi 18 février 2013

La visite


Depuis un certain temps,j'observais cette haute bastide aux volets fermés, plantée dans les vignes en retrait de la grand-route.

Je m'y suis arrêté pour enfin m'approcher d'elle, troublé comme lors d'un premier rendez-vous amoureux. Dans ses murs, un silence abandonné à lui-même à l'odeur forte. Seules les intrusions des rais de lumière par les ouvertures endommagées apportent un semblant de vie.
D'une pièce à l'autre, les restes figés d'une histoire, attirent avec gêne ma curiosité.


                A pas feutrés
                je pousse les portes
                dominant à peine mon émotion


























         J'ai joué d'heureuses fêtes
         Au parfum des gloriettes
         Du temps que j'étais belle
         Je chantais sous son ciel

                              Véronica B


 

35 commentaires:

  1. quelle maison!tu es rentré!moi j'aurai eu peur! et aussi quelle tristesse q'une maison aussi digne belle et fière soit abandonnée!merci pour ton regard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A vrai dire, il n'y a rien à craindre, sauf de recevoir un morceau de plafond sur la tête, ou de croiser des jolies chauves-souris.

      bises

      Supprimer
  2. C'est formidable ... de suivre tes pas dans cette demeure ô combien belle ! abandonné, ( à banc donné ? ) et cette gloriette qui trône là vestige de quelles fêtes ? Tout est à imaginer, même le papier peint quand les livres tapissent ... C'est merveilleux, je suis enchantée cher poète !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gloriette, quel mot charmant que j'ignorais, à la Gloire de ceux qui ont aimé sous son chapeau protecteur, dans ce jardin des délices.

      Bonjour à notre amie Toss :-)

      Supprimer
    2. Bonjour/caresse à ta chienne, comment va t-elle ? Comment s'appelle t-elle ?

      J'ai joué d'heureuses fêtes
      Au parfum des gloriettes
      Du temps que j'étais belle
      Je chantais sous sous ciel

      Amitié et voyages au choeur cher Yanis !

      Supprimer
    3. Chère Véronica, merci pour ton poème qui est absolument délicieux.
      La chienne s'appelle Gavotte et oui, elle va mieux, dans la mesure où elle est sous cortisone, mais il faudra bien pour elle, prendre la décision difficile.

      Je mets ta petite chanson sous les photos.

      douce soirée

      Supprimer
    4. Merci Yanis !
      Comme c'est joli Gavotte !
      Tu sais ma Toss ( de son vrai nom Toscane mais nous l'appelons Toss depuis de nombreux années ) est aussi sous cortisone, je ne savais pas à quel point ça pouvait la rendre presque comme avant ... mais enfin, je ne sais pas si on peut donner longtemps. Quel âge a Gavotte ? de quelle race est-elle ? as-tu une petite photo, j'aimerais bien la voir pour penser à elle.

      Belle soirée sous le soleil du coeur âmi !

      Supprimer
  3. le coin cheminé , le fourneau devant.. le papier peint des années 70..
    incroyable et triste.. combien de personnes cherchent un domicile...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, mais néanmoins cette demeure est aujourd'hui réellement insalubre. Dommage, le dernier étage aurait pu être un magnifique atelier...

      Supprimer
  4. Evasion dans le passé,
    Vétusté du présent .

    RépondreSupprimer
  5. un joli potentiel cette maison! la gloriette est superbe....Dommage qu'elle soit abandonnée! il y en a aussi une vers chez moi! je n'ai jamais osé entrer!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans certaines fissures, on peut passer la main, et les travaux seraient considérables.

      Supprimer


  6. Quel coup de coeur pour une âme bâtisseuse en émoi!...
    Savoir et comprendre les raisons d'un tel abandon...

    Où est le génie qui redonnera vie à la belle au bois dormant...
    Pour lui rendre toute sa beauté d'antan...






    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle fut belle, mais aujourd'hui derrière l'apparence, une grande misère qui pourrait peut-être... se trouver soulager...

      Supprimer
  7. dans les murs des histoires de vies passées !
    écouter le silence qui crie dans les pièces
    tous ces livres éparpillés sur le sol ! j'en aurais
    surement "volé" quelques uns pour les lire
    dans le kiosque avec l'odeur d'encre et de papier
    d'hier ! merveilleux post Yanis, plein de sensibilité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'étais très ému de voir ces livres à terre, et j'ai eu la chance de récupérer un beau livre de photos sur Paris, en couleur des années 60, un petit cadeau du ciel.

      :-))

      Supprimer
  8. Magnifique !
    Qui a pu ou a dû l'abandonner ?
    On aimerait pouvoir lui redonner la vie !
    Et cette gloriette(quel beau mot)superbe vraiment !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans ce lieu, on est transporté dans une autre époque, et j'aime ça.

      Bises

      Supprimer
  9. Une bâtisse, des lieux, un jardin abandonnés à la hauteur des pensées romantiques que leur vue provoque. S'y promener est en soi une belle aventure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces lieux sont quand même tristes, mais on peut rencontrer la Poésie partout.

      bien amicalement

      Supprimer
    2. C'est vrai ; mais la tristesse ou plutôt la mélancolie peuvent être bien douces.

      Supprimer
  10. Une façade encore digne qui cache mal un abandon intérieur... La vie a des destinées qui serrent le cœur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, c'est la vie, mais là ou il y a eu Vie, il reste toujours des images poétiques.

      Supprimer
  11. Ces livres jetés par terre, c'est d'une tristesse ! Les habitants ont dû partir dans la hâte ... Cela fait réfléchir sur la vie et son cours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je le disais plus haut, dans ces lieux désaffectés que j'affectionne particulièrement, j'y trouve beaucoup de Poésie.

      Supprimer
  12. Comment de fois ai-je pénétré dans de tels lieux.. Un pur délice au goût de poésie sauvage !... Bien à Toi, cher Yanis

    RépondreSupprimer
  13. Ces lieux sont toujours émouvants. Il y a eu de la vie, là, et elle s'est enfuie et on ne sait pas pourquoi et on imagine....

    RépondreSupprimer
  14. Quelle étrange remontée dans le temps ! On dirait que ces lieux ont été quittés précipitamment...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui donne cette impression, c'est que des restes de vie sont encore là, comme des miettes de pain sur une table.

      Supprimer

  15. Le plus triste étant pour moi, cet amas
    de livres " mourants " dans cette petite
    chambre au matelas roulé. C'est très
    angoissant. Mais le reste de la maison
    a dû résonner de rires d'enfants, d'odeurs
    culinaires délicieuses et de chansons d'
    amour peut-être. On peux tout imaginer.
    ELZA

    RépondreSupprimer
  16. Ohhhh Voilà un espace que j'aurais eu GRAND plaisir à photographier également.

    Oui, on doit être plein d'émotion en poussant la porte, en découvrant chaque pièce.

    Grand merci pour le partage de cette expérience!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est moi qui te remercie précisément de ta visite.

      :-)

      Supprimer